Skip to content

Fukushima : le refuge dans l’illusion de la protection est-il salutaire ?

2 février 2015

Dans le contexte de la décision fin décembre 2014 par le gouvernement japonais de ré-ouvrir les dernières zones évacuées après le 11 mars 2014, Cécile Asanuma-Brice, spécialisée dans le domaine de la sociologie urbaine, est chercheur associée au laboratoire du CLERSE à l’université de Lille et au centre de recherche de la Maison Franco-Japonaise de Tokyo où elle vit depuis 15 ans, nous fait partager les conclusions de son étude sur les politiques de logement et de déplacements de populations suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Elle nous explique comment les processus à l’oeuvre ont mis ces populations en péril alors qu’ils étaient censés les protéger.

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :