Skip to content

La Demi Heure Radio Active : l’émission de contre-propagande sur le nucléaire

24 janvier 2016

Depuis juin 2011, le Collectif Antinucléaire 13 anime une émission de contre-propagande sur le nucléaire  « LA DEMI-HEURE RADIO ACTIVE »,  car nous ne pouvons nous résoudre à rester des cobayes inactifs de cette industrie et les victimes potentielles de la prochaine catastrophe

les 2ème et 4ème mardis de chaque mois, en direct à 14h15, sur Radio Galère (à Marseille et les environs, 88.4 fm et sur le site de la radio http://www.radiogalere.org. Rediffusion le jeudi de 12h à 12h30)

VOUS POUVEZ CONSULTER TOUTES NOS EMISSIONS ICI

Le 24 novembre 2015 : « Un mega-transformateur en Aveyron. Pourquoi faire? »

https://youtu.be/QNEznnqkJps

La récente loi de transition énergétique acte du plafonnement quantitatif de la production d’électricité nucléaire en France tout en promettant une baisse en pourcentage de cette production de 75 à 50 en 2005. La seule façon d’obtenir ceci sera d’augmenter la production d’électricité en France, alors que la consommation stagne.

Comment augmenter cette production d’électricité ? Par les énergies renouvelables et plus particulièrement par l’éolien industriel dont l’implantation sera réalisée à marche forcée dans les territoires qui représentent un bon « gisement de vent ».

Comment justifier de cette augmentation de production sans augmentation de besoins ? Tout d’abord, il n’est pas question pour la  France de fermer ses réacteurs nucléaires et il ne fait pas de doute que le pays cherche à se positionner comme exportateur massif dans le futur maillage européen de distribution d’électricité.

Mais on peut être anti-éolien et antinucléaire.

C’est le cas à Saint Victor et Melvieu, en Sud-Aveyron, où la résistance s’organise contre l’implantation d’un méga-transformateur, contre la création de lignes 225 000 volts, contre le doublement de la ligne THT de 400 000 volts qui traversera l’Aveyron dans le sens nord-sud; toutes ces infrastructures préfigurant de l’implantation d’un millier d’éoliennes, faisant de ce territoire une « vaste zone industrielle de l’énergie ».

Les projets d’énergie dite « renouvelable », « verte », « écolo », « durable », ne se substitueront en aucun cas au nucléaire. Ils s’y ajouteront…. Aucun salut à espérer pour la lutte antinucléaire de ce point de vue-là.

Si le nucléaire doit être arrêté c’est parce qu’il présente les pires dangers pour l’avenir de l’être humain sur terre par l’irréversibilité de ces dégâts, et par le monde de soumission qu’il implique.

Le 10 novembre 2015 : « Non aux lignes THT en Hautes-Alpes, collectif  no THT 05 »

https://youtu.be/eQsCWJb32_E

Sous couvert de rénovation d’anciennes lignes HT, le Réseau de Transport d’Electricité (RTE), filiale d’EDF, a en vue de construire deux nouvelles lignes THT entre Gap et Briançon en Hautes-Alpes, de 225 000 volts chacune, avec possibilité d’augmentation jusqu’à 400 000 volts, soit 330 pylônes en pleine montagne.

Notre invité fait partie du collectif « No THT 05 », opposants à ce projet. Avec lui nous décrivons ce projet, son historique, ses impacts sur l’environnement, la santé et sur l’avenir de la région.

Nous décryptons les liens entre ce projet, la politique énergétique de la France et la poursuite inchangée de sa production électro- nucléaire, et plus généralement son insertion dans le vaste programme transeuropéen de réseaux « intelligents » dans le domaine de l’énergie.

Le 13 octobre 2015 : « Mines d’uranium, l’héritage en Corrèze »

https://youtu.be/x2viBE7UuT4

La totalité de l’uranium utilisé en France est aujourd’hui importée et majoritairement depuis le Niger. Ce ne fut pas toujours le cas. La France a compté jusqu’à 210 sites d’extraction et de traitement des minerais d’uranium sur son territoire. La dernière mine a fermé en 2001.

Ces sites ont laissé derrière eux des millions de tonnes de déchets radioactifs et la « réhabilitation » des mines révèle un vrai mépris des impacts sanitaires de la radioactivité.

Après un extrait d’une partie de l’émission que nous avions consacrée aux mines d’uranium en 2013, avec Roland Desbordes, Président de la CRIIRAD*, une habitante et militante corrézienne témoigne de la situation locale.

Le 8 septembre 2015 : « Les maîtres chanteurs du nucléaire redémarrent un réacteur au Japon »

https://youtu.be/d2CAlzjTD9A

Le 11 août dernier, le réacteur n°1 de la centrale de Sendai au Japon était remis en marche alors que depuis septembre 2013 plus aucune production d’électricité dans ce pays n’était d’origine nucléaire. Pourquoi cet acharnement après une catastrophe telle que celle de Fukushima ?

Thierry Ribault, notre invité, est économiste, chercheur au CNRS (Clersé – Université de Lille 1). Il a récemment publié deux textes dénonçant les chantages multiples du gouvernement japonais qui ont pour but de faire passer le recours à l’industrie nucléaire comme « vital ».

Nous décontruisons ici les divers outils de propagande du gouvemement Abe : chantage au déficit commercial, chantage au changement climatique, chantage à la diminution de la rente nucléaire, chantage à l’explosion du coût de l’électricité non nucléaire, chantage à la bombe atomique.

Ces divers chantages ne sont pas propres au gouvernement japonais. On les retrouve partout où la nucléocratie veut préserver et promouvoir l’industrie nucléaire.

 

et toutes nos autres émissions ici

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :